avantages professionnel

Les avantages d’un syndic professionnel par rapport à un syndic bénévole

Rôle et désignation du syndic de copropriété
Depuis la loi du 10 juillet 1965, toute copropriété doit avoir un syndic de copropriété. Le syndic est le représentant légal du syndicat de copropriétaires, c’est-à-dire l’ensemble des copropriétaires, et a pour mission de gérer les finances et l’administration de la copropriété, tout en veillant à l’entretien des parties communes de l’immeuble et de ses équipements.

Au niveau financier, il se doit de réaliser le budget prévisionnel et les comptes de la copropriété, puis les soumettre au vote du syndicat des copropriétaires. Au niveau administratif, il se doit de mettre à jour la fiche synthétique de la copropriété, faire exécuter le règlement de copropriété et les décisions prises lors des assemblées générales, et assurer l’entretien et les travaux nécessaires au maintien en bon état de la copropriété.

La désignation du syndic lors d’une assemblée générale des copropriétaires amène à choisir entre un syndic professionnel ou un syndic bénévole, selon les besoins spécifiques de la copropriété. Le syndic sera alors mandaté pour une durée allant de 1 à 3 ans, renouvelable. Les tâches du syndic restent les mêmes que ce dernier soit professionnel ou bénévole.

Le statut du syndic professionnel
Le syndic professionnel est un prestataire de services spécialisé, généralement une société ou un professionnel individuel, ayant les compétences et les qualifications requises pour gérer une copropriété. Depuis la loi Hoguet, votée en 1970, le syndic professionnel est tenu à une réglementation stricte : il doit justifier d’une garantie financière suffisante pour couvrir les fonds qu’il est amené à gérer pour le compte des copropriétaires, il est tenu de souscrire une assurance responsabilité civile professionnelle, et il doit être titulaire d’une carte professionnelle délivrée par une Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI).

Le statut du syndic bénévole
À l’inverse, le syndic bénévole est un non-professionnel choisi parmi les copropriétaires. C’est le plus souvent une personne physique, mais cela peut aussi être le représentant d’une personne morale copropriétaire. Il n’est pas tenu d’avoir une carte professionnelle, ni de garantie financière ou d’assurance responsabilité civile. Comme son nom l’indique, il ne fait pas l’objet d’un contrat rémunérateur comme le syndic professionnel, et la gestion des copropriétés est rarement son activité principale.

Les avantages du syndic professionnel
Le choix d’un syndic professionnel présente plusieurs avantages. Il permet d’assurer une gestion de qualité par des professionnels ayant les compétences techniques, comptables et juridiques requises. Bien que cela soit un investissement financier plus important, c’est aussi un gage de sûreté quant au bon déroulement des missions confiées.

Avantage 1 : une gestion de meilleure qualité
L’un des principaux avantages du syndic professionnel est la qualité du service qu’il fournit. Grâce à son expertise reconnue et son expérience, le syndic professionnel est le plus à même de gérer les affaires courantes de la copropriété, grâce à ses compétences juridiques, comptables et techniques. Le syndic professionnel, souvent composé de plusieurs personnes, permet de croiser leurs compétences et leurs expériences pour offrir les meilleures prestations possibles. Le syndic professionnel dispose également d’outils et de logiciels spécifiques, tels que des logiciels comptables ou des bases de données juridiques et techniques, pour faciliter la gestion quotidienne, ce qui permet de gagner du temps et d’assurer un suivi rigoureux des dossiers.

De plus, le syndic professionnel présente l’avantage d’anticiper les futurs problèmes et évolutions dans les réglementations, la gestion des copropriétés faisant l’objet de sa profession, et d’y proposer des solutions adaptées, garantissant ainsi une gestion optimale de l’immeuble. Cette anticipation se retrouve moins souvent chez un syndic bénévole : n’étant pas forcément professionnel dans le milieu immobilier, il est difficile d’exiger de sa part une veille réglementaire. Le syndic professionnel suit régulièrement des formations pour rester à jour avec les dernières réglementations, technologies et meilleures pratiques en matière de gestion de copropriété dans le but de proposer des solutions innovantes pour la gestion des copropriétés, tout en réduisant le risque d’erreurs administratives ou juridiques. Étant souvent plus expérimenté, le syndic professionnel est mieux équipé pour répondre aux éventuels problèmes et projets complexes, tels que des travaux de grande envergure ou l’installation d’équipements collectifs comme un ascenseur.

Avantage 2 : plus de garanties
Le syndic professionnel offre également plus de garanties financières et juridiques que le syndic bénévole. En tant que professionnel, il est tenu de souscrire une assurance responsabilité civile qui couvre les éventuels dommages causés par une mauvaise gestion. De plus, la garantie financière qu’il doit fournir assure aux copropriétaires que les fonds de la copropriété sont protégés. En cas de défaillance du syndic, ces garanties permettent de limiter les risques financiers pour la copropriété et d’assurer une continuité dans la gestion. Un syndic professionnel est en général plus responsabilisé qu’un syndic bénévole, la justice se montrant souvent plus clémente envers ce dernier.

Le syndic professionnel se démarque aussi du syndic bénévole par sa garantie d’impartialité. Étant tiers à la vie quotidienne dans la copropriété et aux relations entre les copropriétaires, le syndic professionnel permet d’éviter les tensions et les conflits d’intérêts. Dans une copropriété avec une moindre entente, un syndic professionnel assure le bon déroulement de la gestion de manière impartiale, sans favoritisme. Il occupe une position de choix pour arbitrer les décisions qui seront les plus bénéfiques à l’ensemble des copropriétaires, jouant ainsi le rôle de médiateur qui gère les différends entre copropriétaires de manière efficace et équitable.

La dernière garantie que possède le syndic professionnel, en plus de la garantie financière et de la garantie d’impartialité, est la garantie de prise en charge des missions associées à la copropriété à temps plein. Là où le syndic bénévole peut souffrir d’un manque de temps, du fait que la gestion de la copropriété n’est souvent pas son activité principale, le syndic professionnel se démarque par sa capacité à assumer cette charge de travail conséquente. Le syndic professionnel présente l’avantage d’être disponible plus régulièrement, et d’assurer non seulement la bonne gestion quotidienne de la copropriété, mais aussi la gestion à long terme, grâce à son bagage d’experts qui ont aussi un rôle consultatif et informationnel auprès du syndicat de copropriété.

De plus, les syndics professionnels disposent souvent de services d’assistance d’urgence, disponibles 24/7, pour répondre aux situations critiques comme une panne ou un dégât des eaux. Cette réactivité accrue contribue à minimiser les dommages tout en rassurant les copropriétaires. Il peut être plus difficile pour un syndic bénévole de proposer cette aide d’urgence, le syndic devant jongler entre ses obligations en tant que syndic ainsi que sa vie privée et professionnelle.

Avantage 3 : un accès à un réseau étendu
Un autre avantage du syndic professionnel est l’accès à un réseau étendu de prestataires et de partenaires. Grâce à ses contacts auprès des fournisseurs, le syndic professionnel peut négocier des tarifs avantageux et obtenir des services de qualité pour la copropriété. Que ce soit pour des travaux de rénovation, des contrats de maintenance ou des prestations juridiques, le réseau du syndic professionnel permet de bénéficier de conditions préférentielles et d’un gain de temps considérable dans la recherche de prestataires fiables.

Cela présente un avantage en termes de temps et d’efficacité, mais aussi en termes de coûts : le syndic professionnel permet non seulement de bénéficier de conditions préférentielles, mais aussi d’économiser d’éventuels frais de conseils juridiques, comptables et techniques. Bien que le syndic bénévole soit avantagé par le fait qu’il ne fasse pas l’objet d’une rémunération obligatoire, il n’est pas forcément gratuit. En effet, il peut quand même demander une indemnisation des frais entraînés par ses missions. En mettant bout à bout ces frais d’indemnisation et de conseils, les économies faites en engageant un syndic bénévole plutôt que professionnel sont souvent moins élevées que prévu, rendant le syndic professionnel encore plus avantageux.

Les avantages du syndic bénévole
Bien que le choix d’un syndic professionnel présente de nombreux avantages, un syndic bénévole a aussi des points forts. Ce dernier peut apporter une dimension plus humaine à la gestion de la copropriété, tout en permettant de faire des économies.

Avantage 1 : une implication accrue
Le syndic bénévole, étant lui-même copropriétaire, est généralement plus impliqué dans la gestion de la copropriété : payant lui aussi les charges de l’immeuble, il possède une motivation supplémentaire pour les réduire au maximum. Contrairement au syndic professionnel, qui facture ses services, le syndic bénévole ne demande pas de rémunération pour son travail. Cette économie permet de réduire les charges de copropriété, ce qui peut être particulièrement avantageux pour les petites copropriétés où les budgets sont souvent serrés. Au final, par la rationalisation des dépenses, en cherchant des solutions économiques et efficaces pour l’entretien et les travaux, et par l’absence de rémunération de gestion, un syndic bénévole peut permettre de réaliser des économies significatives sur le long terme.

De plus, il a une motivation personnelle à maintenir l’immeuble en bon état et à améliorer la qualité de vie pour tous les habitants. Cette implication accrue se traduit par une connaissance plus approfondie des besoins et des attentes des résidents, avec lesquels il entre quotidiennement en contact, avantage non négligeable. Cette proximité permet, lorsque les copropriétaires s’entendent, de favoriser un climat de confiance, de coopération et de transparence, favorisé par l’engagement personnel dont fait preuve le syndic bénévole. Avec un syndic bénévole, la gestion de la copropriété peut devenir plus participative, les copropriétaires se sentant plus impliqués dans les décisions importantes et faisant mieux entendre leurs suggestions. Ceci encourage les débats constructifs lors des assemblées générales et peut améliorer les relations entre voisins.

Avantage 2 : une plus grande flexibilité
Un autre avantage du syndic bénévole par rapport au syndic professionnel est la plus grande flexibilité du premier dans la gestion de la copropriété. N’étant pas soumis aux mêmes contraintes réglementaires que le syndic professionnel, notamment en matière contractuelle, il peut adapter sa gestion en fonction des spécificités de la copropriété. Le syndic bénévole peut ainsi organiser plus facilement des réunions informelles pour discuter des problèmes et des solutions, ce qui permet une prise de décision plus rapide et plus démocratique.

Il est aussi plus à même de constater et régler lui-même les problèmes sur place, n’ayant pas à se déplacer. Cette flexibilité permet de réagir plus rapidement aux problèmes superficiels qui pourraient survenir, tels qu’une panne d’ampoule dans un espace commun, là où un syndic professionnel aurait à faire venir des prestataires, ce qui engrangerait des coûts supplémentaires. Cette présence constante est un atout majeur, surtout dans les petites copropriétés où les problèmes peuvent être résolus de manière informelle et efficace.

Le syndic coopératif : entre avantages du syndic professionnel et avantages du syndic bénévole
Le syndic coopératif se présente comme une alternative au syndic professionnel et au syndic bénévole traditionnels, prévu lui aussi par la loi du 10 juillet 1965. C’est un modèle d’auto-gestion collégiale, où les membres du syndic sont aussi les membres du conseil syndical, et donc des copropriétaires. Le syndic coopératif est dirigé par un président-syndic : c’est en général le président du conseil syndical qui endosse un double rôle, mais le président-syndic peut très bien être un autre membre du conseil syndical. A l’instar du syndic bénévole, l’avantage principal du syndic coopératif est qu’il ne fasse pas l’objet de rémunération. Cependant, comme le syndic bénévole, son désavantage est qu’il ne soit pas tenu par la loi de fournir une garantie financière ni de souscrire une assurance responsabilité civile, bien que cela soit recommandé.

Le syndic coopératif tente de concilier les avantages du syndic professionnel et du syndic bénévole. Tout d’abord, le fait que la gestion soit interne, comme dans un syndic bénévole, permet une transparence et une réactivité accrues face aux problèmes superficiels, tout cela à coût réduit. Toutefois, comme le syndic professionnel, le syndic coopératif possède généralement plusieurs postes de compétences où chaque membre se spécialise selon ses aptitudes : administratif, financier, ou encore organisationnel.

Bien qu’il possède plusieurs attraits, le syndic coopératif a aussi des inconvénients : certaines missions peuvent être difficiles à endosser si les membres du syndic n’ont pas le bagage de compétences nécessaires à la bonne gestion de la copropriété. Comme dans un syndic bénévole, l’impartialité peut être mise à mal par des conflits d’intérêts ou des tensions entre les différents copropriétaires. Enfin, mener à bien les formalités administratives et judiciaires, en évolution constante, est une tâche chronophage qui nécessite une implication que ne peuvent parfois se permettre les membres du conseil syndical, et qui demande à recourir à un syndic professionnel.

Comment arbitrer entre les avantages et désavantages propres à chaque type de syndic ?
Le choix d’un syndic professionnel comme bénévole présente des avantages et des désavantages à peser. Il est donc important de considérer les différentes spécificités de la copropriété concernée pour bien choisir son syndic, notamment en termes de taille de la copropriété, de compétences disponibles parmi les copropriétaires, et des différents services mis à disposition au sein de la copropriété. Pour une petite copropriété avec des copropriétaires motivés, compétents et ayant du temps libre, un syndic bénévole peut être une option intéressante. En revanche, pour une grande copropriété ou une copropriété avec des besoins complexes et variés, un syndic professionnel peut offrir une gestion plus adaptée et sécurisée grâce à son panel d’expertises proposées. Il sera aussi plus avisé de choisir un syndic professionnel en cas de grands travaux prévus, ce dernier pouvant apporter une aide précieuse quant aux choix des prestataires et à l’établissement de budgets prévisionnels et plans de travaux. Quelle que soit l’option choisie, l’objectif est d’assurer une gestion efficace et sereine de la copropriété.

Les conseils indispensables